• Chapitre 1

    Quand la vie nous enseigne

    "Me voilà en route pour un pays situé à plus de 1 000km de chez moi perdu au milieu de rien"

    Quand la vie nous enseigne

    Je m'appelle Kimberly j'ai 16 ans. Selon mes parents je suis une petite fille pourrie gâtée, qui n'a aucune valeur morale et aucun respect. Moi je me vois comme une ado riche qui veut profiter de la vie. Pour me donner une leçon de vie, mes parents ont décidé de m'envoyer une semaine dans ce pays, chez l'habitant. Je devrais m'intégrer à leurs coutumes, modes de vie et respecter leurs règles de vie. Je crains déjà le pire...

    Quand la vie nous enseigne

    Je m'appelle Naïssa, j'ai 16 ans et je vis à Simsarabie avec mes parents. Nous allons accueillir pour quelques jours une ado de mon âge qui vient des pays riche. J'appréhende un peu, leur mode de vie est si différent du notre, surtout leur valeur. Maman dit que c'est une bonne expérience qu'il ne faut pas avoir de préjugé et apprendre à connaître les gens et les aimer pour ce qu'ils sont.

    Quand la vie nous enseigne

    Voici mon père kadir et ma mère Djalila. Mon père fait des petits boulots par ci par là et ma mère est professeur de danse orientale. Mes parents sont très strict concernant le respect que l'on porte aux autres, et sont tous deux pleins de bonté et de générosité

    Quand la vie nous enseigne

    Kimberley arriva devant la maison de sa famille d'accueil " Voilà mon nouveau chez moi pour quelque jours; adieu maison à 200m² avec piscine, adieu porsche, boite de nuit, mecs, alcool et bienvenue en prison Kimberley"
    Naïssa s'approcha de Kimberley le sourire au lèvre mais avec appréhension "allez courage Naïssa elle est habillée comme si elle allait je ne sais ou mais bon, faudrait que je pense à lui dire qu'avec ses talons dans le sable ça ne sera pas très pratique".
    Naïssa: Bienvenue chez nous j'espère que tu as fait bon voyage. Voilà ma maison qui sera aussi ta maison pendant toute la durée de ton séjour, je vais te montrer ta chambre.
    Kimberley suivit la jeune fille dans un climat froid et oppressant tant elles se sentaient toutes deux mal à l'aise.

    Quand la vie nous enseigne

    Naïssa fit entrer la jeune fille. Kimberley ressentit une sensation particulière en entrant. La maison n'était pas très grande mais on y ressentait une certaine chaleur humaine, sensation dont kimberley n'était pas habitué à ressentir. Naïssa montra à Kimberley sa chambre.
    La chambre était impersonnelle et froide, elle contenait juste un lit.
    Kimberley (dans ses pensées): pas de poster, ni d'ordinateurs, pas de télé, ni console, pas de téléphone pour discuter avec mes amis comment je vais survivre ici.
    Naïssa: Si tu as besoin de quoi que ce soit ma chambre se trouve juste en face. La salle de bain se situe juste à côté. Mes parents ne vont pas tarder à rentrer; une fois que tu te seras installé je t'expliquerai les tâches quotidienne à faire.

     

    Quand la vie nous enseigne

    Naïssa laissa la jeune fille s'installer. Kimberley s'allonga sur le lit pas très confortable la gorge nouée. "tâches quotidienne? si y'a bien un mot qui n'existe pas dans mon dictionnaire c'est bien celui là. A la maison Camilla est payée pour ça. je me tiens ni à abîmer mes ongles, ni ma peau qu'on me laisse tranquille déjà que je suis coupée de tout! seule dans sa chambre ses pensées voyageaient vers sa famille.

    Quand la vie nous enseigne

    Une fois installa Naïssa fit faire un tour de maison à Kimberley tout en lui expliquant les tâches quotidienne.
    Naïssa: Voilà la buanderie, un matin sur trois, il faut rassembler le linge sale de la maison et le mettre dans la machine à laver. Dehors tu as des lignes pour étendre les vêtements.
    Elles passèrent derrière la maison.
    Naïssa: voici les lignes ou il faut étendre le linge. On se chargera du linge en alternance. C'est mieux de le faire le matin avant d'aller à l'école car après les cours il faut aller nourrir les bêtes de mon père et faire nos devoirs.

    Quand la vie nous enseigne

    Kimberley: Heuuu, je ne voudrais pas t'offenser mais la lessive très peu pour moi, et puis des nos jours il existe des sèches linges. Naïssa perplexe regarda Kimberley qui avait l'air sérieuse. elle compris que cela ne serait pas facile.
    Naïssa: Tu as peut être un séche linge chez toi mais ici d'une part nous n'en avons pas les moyens et d'autre part il fait presque toujours beau ici et rien de mieux que des vêtements qui sèchent à l'air frais. Et puis nous sommes soucieux de l'écologie et des dépenses en énergie.
    Kimberley pas très heureuse d'abîmer son vernis se dit qu'elle fallait qu'elle trouve un stratagème pour échapper aux corvées.

    Quand la vie nous enseigne

    Naïssa expliqua à Kimberley que le diner se passait en famille et qu'il fallait descendre dîner à l'heure. C'est bien quelque chose auquel Kimberley n'était pas habitué, chez elle la bonne préparait ce que chacun aimait ou elle mangeait au restaurant.
    Kadir: Tu es bien installé Kimberley ?
    Kimberley: Ouais ça va
    Djalila: (reprenant Kimberley avec sourire): Oui Kadir
    Kimberley (peu habitué à être reprise): oui Kadir!
    Kadir: J'espère que ta chambre te convient si tu as besoin de quoi que ce soit n'hésites pas à demander. je travaille beaucoup et je suis peu présent mais Naïssa pourra te faire visiter la ville.
    Le reste du diner se passa tel un dîner en famille. Kimberley resta silencieuse cette ambiance chaleureuse et empreinte d'amour la déstabilisait.

    Quand la vie nous enseigne

    une fois le dîner finit, Kimberley exécuta sa première corvée débarrasser la table et ranger la cuisine.
    Naïssa s'exécuta avec rapidité et habitude. Kimberley ramassa les assiettes sans réel plaisir. Mais pour une fois l'envie de se rebeller lui passa et elle s'exécuta même si le cœur n'y était pas.

    Quand la vie nous enseigne

    Après avoir achevé de débarrasser la table, Djalila décida de s'entretenir avec Kimberley.
    Djalila: je sais que ce n'est pas facile pour toi tu es loin de tout de ta famille, nos modes de vies sont différents mais cette expérience ne peut être que bénéfique pour toi. Tu sortiras grandit de cette expérience, plus mature.
    Kimberley: C'est totalement l'opposé de mon mode de vie.
    Djalila: Je sais bien. Toutefois il y'a quelques règles de vie que je souhaite que tu respectes. Pas de sortie après 21h. On ne sort pas en semaine. Cela peut arriver le week end que Naïssa soit invité à dormir chez une copine, mais cela ne doit pas excéder 2 weekends dans le mois. Et bien sur ses résultats scolaires doivent être encourageant. Comme tu as pu le voir tout le monde participe aux tâches ménagère ici. On s'entraide beaucoup. Je suis intransigeante sur la propreté j'exige de Naïssa que sa chambre reste propre et il en est de même pour toi. J'estime qu'une jeune fille bien habillé doit aussi savoir tenir et garder sa chambre propre.

    Kimberley regardait Djalila avec admiration, elle était si douce, elle parlait calmement et donnait envie de se confier. Kimberley ne se rappelait pas avoir eu une conversation comme celle ci avec sa mère.
    Djalila: Je veux que tu te sentes comme chez toi. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que ton séjour te soit agréable. Mais pour cela il faut aussi que tu y mettes du tien. Ça ne sera pas évident au départ mais avec un peu de bonne volonté on peut arriver à bien des choses.
    Kimberley: j'essaierai de ne pas te décevoir Djalila.
    Kimberley l'aimait beaucoup mais n'était pas prête pour autant à intégrer dans son langage les mots: "corvées ménagère ".

     

    Quand la vie nous enseigne

    La première journée s'acheva. Les deux jeunes filles rejoignirent leurs lits chacune de leur côté.
    Kimerberley: Je suis épuisée par cette journée,je me demande ce que demain va donner pour le moment je n'ai pas envie d'y penser, je veux juste dormir.
    Naïssa: Ces prochaines jours seront les plus dur de ma vie, papa veut que je fasse un effort pour que l'on soit amie, mais je ne crois pas en avoir envie. On dit que la nuit porte conseil. On verra ce que nous réserve demain.

    La maison s'endormit dans le plus grand calme, on entendait au dehors le bruit des sauterelles et des criquets.

    A suivre.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :